Pourquoi l’école n’entraîne pas la réussite ? Les 5 raisons

Temps de lecture : 8 mn

Il m’arrive assez souvent, quand je discute avec des amis, d’évoquer mes projets extérieurs à l’école. J’ai des fois l’occasion de leur parler de notre blog, des podcasts que fait Arnaud, ou de tous les business que l’on essaye de lancer en parallèle. Ces mêmes amis remarquent alors que je passe la plupart de mon temps à travailler sur ces projets au lieu de travailler sur les cours. Et ce choix les étonne souvent, ils se demandent pourquoi je préfère travailler sur des projets extérieurs qui ne m’aideront sûrement pas à avoir mon diplôme et à réussir mes études.

Quand il me pose la question, je réponds que je trouve que l’école à beaucoup de défauts et que cela ne me donne pas du tout envie d’y passer du temps. Suite à cette réponse, ils se demandent souvent de quels défauts je parle, car étant à l’école depuis notre enfance, on ne se demande jamais si c’est vraiment positif pour nous ou pas. Bien sûr, je dois préciser avant tout que je fais ici une liste des défauts et donc que ce sera tout l’inverse d’une éloge de l’école, mais que malgré cela je trouve également des aspects positifs aux études (mais ce ne sera pas le sujet de cet article).

L’apprentissage par cœur

Le premier défaut qui me dérange particulièrement dans les méthodes d’apprentissages scolaires, c’est de nous faire apprendre par cœur. Je trouve que c’est un problème pour plusieurs raisons, tout d’abord, on sait tous par notre expérience que les choses que l’on apprend par cœur seront très vite oubliées. Si on prend l’exemple simple de votre dernier partiel, vous auriez sûrement une très mauvaise note si vous le repassiez maintenant par surprise (quelle que soit la note originale que vous ayez eu).

La deuxième raison que l’on peut évoquer est la courbe de l’oubli faite par Hermann Ebbinghaus. Ce psychologue allemand à en 1885 mit au point une petite expérience que l’on pourrait tous faire. Il a appris par cœur une liste de mots qui n’avait pas de sens, en faisant des tests plusieurs heures puis plusieurs jours après, il a vite remarqué que la plupart des mots étaient très vite oubliés. Elle montre donc que les choses que l’on apprend par cœur sans forcément les appliquer ne restent pas dans notre mémoire.

https://outilstice.com/2015/12/nuggets-souvenez-vous-de-ce-que-vous-apprenez/

Les nouvelles technologies

La dernière chose qui me pousse à penser qu’apprendre les cours par cœur n’est pas utile, c’est la technologie dont l’on dispose aujourd’hui. Sur ce point, l’école est restée coincée à l’époque où internet n’existait pas, il était donc bon d’apprendre les formules de mathématiques par cœur, car elles étaient difficiles à retrouver dans les livres (si toutefois, nous en avions besoin). Alors qu’aujourd’hui dans le cas extrême où nous aurions besoin d’utiliser une formule de mathématique apprise au lycée, il suffirait de la demander à Google, sans même devoir prendre son téléphone si vous disposez d’un Google home. Compte tenu de ces trois points, personnellement je trouve ça compliqué de passer des heures à apprendre par cœur quelque chose.

L’école et la créativité

Un autre point négatif que je trouve à l’école, est son mauvais rapport avec la créativité, qui est aujourd’hui, dans notre société, essentielle pour travailler comme il faut. Une conférence visionnée des millions de fois en ligne l’évoque très bien. C’est le TED s’intitulant “Pourquoi l’école tue la créativité ?”.

La raison la plus simple pour laquelle elle n’encourage pas à être créatif, c’est la domination par les matières “scientifiques” (maths,…) et celle du par cœur (comme l’histoire). Je suis d’accord sur le fait que l’on retrouve certaines matières créatives comme l’art plastique, la musique ou encore le Français, mais cette part d’art est peu présente. Bien sûr, il est également possible de faire des études dans ce domaine. Mais ceci est très peu enseigné avant qu’on puisse le choisir par nous-même après de nombreuses années sans art.

Problème de confiance en soi

Cette absence de matière artistique entraîne un autre problème, qui pousse parfois à ne pas avoir confiance en soi. C’est le fait qu’une personne ayant un cerveau créatif ne va pas s’épanouir à l’école, et elle va souvent se sentir “nul”, car elle aura de mauvaises notes partout sauf en art plastique et en français. De plus, si elle est placée dans une famille qui ne l’aide pas à découvrir ses passions elle pourrait passer à côté de ses véritables talents. On retrouve cet exemple dans un podcast de Nouvelle École où il interview Cédric Grolet, qui avant de découvrir sa passion n’était pas bon à l’école alors qu’il est aujourd’hui un des meilleurs pâtissiers du monde.

Non aux erreurs !

Le deuxième aspect de l’école qui repousse la créativité et le refus des erreurs ainsi que sa vision “réglée” des choses. On peut très facilement remarquer que les erreurs vont souvent être réprimandé à l’école alors que c’est un bon moyen d’apprendre et de devenir créatif. Et c’est en pénalisant les erreurs que l’école nous oblige à rester dans le droit chemin, car elle va nous empêcher de faire les choses différemment. Alors que vous devez accepter d’utiliser de nouvelles méthodes, de créer des choses originales, qui n’existent pas encore pour être créatif et innover. Malheureusement, dans la plupart des cas, ces libertés vous seront refusées à l’école. Même en art plastique, en fonction des professeurs, les consignes peuvent être tellement précisent qu’elles contraignent votre créativité.

L’apprentissage des langues

Un autre grand défaut de l’école concerne l’apprentissage des langues, de nombreuses choses nous prouve qu’aujourd’hui, les Français ne savent pas, pour la plupart, parler anglais. Des études ont était faite par la Commission européenne sur la capacité à parler des langues étrangères dans chaque pays de l’Union européenne. Et la France se trouve très mal classée… Cette étude montre qu’uniquement 17 % des Français sont capable de tenir une discussion dans une langue étrangère. Alors que l’on retrouve des statistiques beaucoup plus élevés dans des pays comme le Danemark avec 58 %.

Ce problème pourrait sembler négligeable pour certains, mais il ne l’est pas du tout. Car aujourd’hui les langues étrangères, on parlera ici de l’anglais car c’est LA langue qu’il faut apprendre, sont omniprésentes dans nos communications. La moindre info que l’on voudrait rechercher sur internet sera beaucoup plus facile à trouver en anglais par exemple. La plupart des grands films sont également tournés en anglais. Et même s’il est possible d’utiliser les sous-titres pour regarder les versions originales, il sera toujours beaucoup plus agréables de pouvoir comprendre directement ce qui est dit ; De même pour les chansons que vous écoutez.

Le problème que l’on peut repérer assez facilement vient sûrement de la méthode d’apprentissage des langues dans l’éducation française et non de la quantité. On peut déduire cela d’une autre étude réalisée aux états-unis sur le nombre d’heures dont on a besoin pour apprendre une langue en fonction des racines qu’elle a en commun avec la nôtre. Elle montre tout d’abord que l’anglais, comme la plupart des langues européennes, est assez proche du français. Et donc, que nous devrions avoir besoin de 600 h pour apprendre cette langue.

Cette étude permet de relever le problème de la méthode scolaire française, car en calculant assez basiquement le nombre d’heures à pratiquer l’anglais du collège au bac, on n’obtient pas loin de 800 h. Nous devrions donc tous une fois arrivé dans nos études supérieures, être capable de débattre sur un sujet en anglais, etc … Pourtant, un certain nombre d’entre nous n’en est pas capable. Je pense alors que ce problème vient du fait que les 800 h à étudier l’anglais sont beaucoup trop réparties (sur 7 ans) et de manière très irrégulière à cause des vacances par exemple.

Un enseignement théorique …

La deuxième cause de ce problème est aussi l’enseignement qui est en général beaucoup trop théorique, la plupart des cours d’anglais dont je me rappelle depuis le collège étaient utilisés pour faire des exercices dans les livres ou apprendre du vocabulaire. Alors que la seule année où je me souviens d’avoir vraiment évolué en anglais est la seule où notre prof nous faisait parler ensemble sans forcément corriger nos erreurs de grammaire. Mais au moins elle nous permettait d’essayer de s’exprimer, tout en cherchant le vocabulaire qu’il nous manquait pour parler de ce qui nous intéresse.

La durée des cours

Une autre caractéristique de l’école qui me semble être négative pour l’apprentissage est la longueur des cours. Je pense que comme pour moi vos cours magistraux en amphithéâtre durent souvent plus d’une heure sans pause. Et que même les TD ou les tp durent parfois plus d’une heure, mais cela est moins un problème car nous sommes impliqués dans ces heures de travail, au contraire de celles passées en amphi qui sont plutôt des heures d’écoute.

Le problème qu’entraîne l’étendu de ces cours est la concentration, je l’évoque brièvement dans cet article où j’explique pourquoi il faut faire des pauses souvent pour être productif. Compte tenu de cela, et du fait que des études démontrent que plus le temps de concentration demandé augmente plus il est difficile de rester attentif. Il paraît logique qu’il est compliqué d’être productif en cours et d’écouter jusqu’au bout un CM d’1 h 30. Je pense que comme moi, il vous arrive souvent en essayant de suivre un cours de décrocher au bout de 45mn… Je trouve donc ça dommage que l’éducation nationale ne fasse rien pour réduire ce temps de cours à la suite alors que cela ne serait pas forcément complexe à mettre en place.

Les choses indispensables

La dernière chose que je reprocherais à l’école, ce sont toutes les choses qui me semblent indispensables et qu’elle ne nous apprends pas. La première chose, c’est d’apprendre toute sa vie, pour beaucoup, il coule de source qu’avec les nombreuses années passées sur les bancs des écoles notre éducation sera comble et que cette longue période depuis notre enfance sera la seule pendant laquelle on apprendra pendant notre vie.

Et ceci est un problème, car l’apprentissage est quelque chose qu’il faut continuer éternellement pour progresser. Mais ceci peut être difficile à comprendre, car on ne nous l’a jamais montré de cette façon en cours, il est très rare qu’un professeur évoque le fait d’approfondir ses connaissances une fois adulte. Pourtant, c’est, je pense, un très bon moyen de vivre une vie épanouie, car apprendre continuellement permet de se voir évoluer et de sentir que l’on avance dans notre vie.

L’informatique

Un autre souci était présent pour notre génération, mais il l’est de moins en moins. C’est l’éducation à l’informatique, vous devez aujourd’hui être assez intelligent pour remarquer que nous sommes entourés par de l’informatique. Nous utilisons des dizaines de fois de l’informatique, ou en tout cas quelque chose de programmable chaque jour. Et malgré qu’aujourd’hui ceci est un minimum introduit à l’école, les personnes qui en sortent sont très souvent ignorante du fonctionnement même d’un algorithme. Alors que comme je l’ai dit plus haut, il me semble que savoir comment ce qui nous entoure fonctionne est indispensable et permet de ne pas se sentir “possédé” en utilisant des outils dont on a aucune idée du fonctionnement.

Gérer son argent

Une autre chose indispensable que ne nous apprends pas l’école dans le cursus général, c’est la gestion d’un budget. Alors que pour moi, cette chose devrait faire partie des choses que tout monde doit savoir, car aujourd’hui en France, des millions de personnes ont des problèmes de surendettement, sont interdits bancaire… Ces choses peuvent d’accord être apprise par nos parents, mais beaucoup d’étudiants ont un rapport qui ne leur permet pas cela. Au final en tant qu’étudiant nous arrivons à nous débrouiller sachant que certains ont leurs parents pour les aider et que d’autres reçoivent des bourses mensuellement. Mais c’est au moment de rentrer dans la vie active que cela devient souvent très compliqué. Si l’on prend l’exemple simple des impôts, je suis sûr que la plupart d’entre vous (comme moi d’ailleurs) ne savent pas vraiment ce que c’est et comment ça fonctionne. On se retrouvera donc une fois dans la vie active avec tel ou tel dépense que l’on n’attendra pas. Et beaucoup auront du mal à gérer leurs finances, car on ne nous l’aura jamais appris…

La veille technologique

Un dernier problème que l’on peut trouver est le manque de “veille” des profs. Tout d’abord, qu’est-ce que la veille ? Ce terme vient au départ de la veille technologique, qui correspond au fait de se tenir informé de tout ce qui se passe de nouveau dans la High-Tech pour être capable, quand on travaille dans ce domaine, de ne pas être largué. Je voulais donc dire que dans l’éducation nationale les programmes ne sont pas très souvent mis à jour, beaucoup de profs ne cherchent alors pas à se tenir informés des nouveautés dans leur domaine et donc vont parfois vous enseigner des choses qui ne servent plus.

Conclusion

Pour conclure cet article, je tiens à vous préciser que le but n’est pas ici de vous faire penser qu’il faut quitter l’école pour vivre libre, car comme vous, nous faisons des études et nous travaillons un minimum pour les réussir. L’objectif de ces différents arguments est plutôt d’argumenter le fait que l’on n’aime pas l’école tout en vous montrant pourquoi on pense que ce n’est pas forcément la meilleure solution.

De plus, vous devez également comprendre grâce à cet article qu’il faut arrêter de croire que l’école est suffisante pour vous apprendre la vie et qu’elle n’est pas le seul moyen de s’éduquer. En sachant cela, il sera plus simple de vous écarter un peu de l’école pour se libérer un minimum des nombreuses contraintes qu’elle entraîne quand elle est notre plus grande priorité. Ceci pourra également vous libérer du temps pour lancer des projets et entreprendre. En espérant que vous deviendrez par la même occasion des étudiants libre !

Rejoignez-nous !

Facebook
Facebook
YouTube
Instagram

Cet article vous a plu ?

Télécharger GRATUITEMENT notre livre

"Réussir ses études en travaillant moins"

pour avancer encore plus vers la liberté !





Aidez vos amis !
The following two tabs change content below.

Elouan

Aujourd'hui étudiant dans le multimédia, je suis avant tout passionné par le développement personnel, la photo ou encore le sport. J'ai 18 ans et j'ai voulu lancer ce blog pour avoir un projet et créer quelque chose.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *